16 décembre 2006

Pélerinage à Paris

Madame Naziha avait passé ses innombrables nuits d’insomnie à imaginer la maîtresse de son mari : une pin-up extravertie à la beauté insultante et au charme ravageur ? Une de ces femmes inaccessibles que les frustrés collent en poster dans les murs de leurs chambres ? Une de ces beautés typées sur lesquelles tant d’hommes fantasment en libérant leur semence infertile ?
Zohra, la voyante, l’avait un peu rassurée en lui rappelant que Si Lamine, son mari, pourrait être un probable fils caché de Fernandel et d’Alice Sapritch et que cette femme qui semblait lui tourner autour, était, à l’évidence, plus proche de la caricature que du portrait.

Elle était sortie du cabinet de Zohra plus déterminée que jamais. Car Madame Naziha était une battante, elle avait, malgré sa corpulence de cachalot, gravi toutes les marches de l’échelle sociale. Du haut de cette échelle, sa situation passée lui donnait des vertiges. Elle ne pouvait résolument pas retourner à son ancienne condition. Le souvenir pesant de ses cours de maths avec la voix lugubre de Monsieur Laamouri débitant des théorèmes de Grecs aux noms si compliqués à retenir la motivait encore plus qu’un Roger Lemaire. Son « Pythagore » gore gore gore résonnait dans sa boîte crânienne évidée. Même les échos la narguaient en lui rappelant le tragique de sa situation.
Malgré son asthénie nerveuse, elle avait fini par se rendre à l’évidence : sans Si Lamine elle n’était plus rien. Il l’avait peut-être trompée oui, et alors ?! N’était-ce pas en fin de compte un passage obligé pour toute femme? Et puis, c’était rassurant pour elle de se dire que même Hillary Clinton avait vécu cette expérience et le couple ne s’en portait que mieux depuis. Qui sait, sa Lewinsky à elle s’était peut-être aussi contentée de quelques douceurs sous le bureau. Il n’y avait vraiment pas de quoi en faire une choucroute !

Maintenant, elle ne demandait qu’à oublier ce triste passé.

La distribution naturelle des caractères génétiques fait qu’il existe pour les deux sexes un raccourci dans les processus de guérison du mal-être. Comme dans les jeux vidéo, où une astuce du type « CTRL+ALT+F4 » peut vous envoyer directement au niveau 3 du jeu sans affronter le monstre à huit têtes et la pieuvre aux mille tentacules, Dieu, dans son infinie miséricorde, a mis en place un raccourci dans le long chemin de l’oubli.
Chez le mâle, les choses sont simples, voire primitives. Un homme peut tirer un trait sur ses problèmes les plus angoissants avec une simple partie de jambes en l’air. Tout homme vous le dira, le sexe c’est salutaire.
Chez la femme, ce raccourci existe aussi, quoi que, vous en conviendrez, une femme nécessite un peu plus de moyens. Toute femme dont l’avenir peut sembler incertain à T-1 peut, si vous lui mettez une carte de crédit entre les mains à l’instant T, voir son futur devenir aussi rose qu’une layette de bébé. C’est connu, seul le shopping peut remettre une femme d’appoint et encore plus quand il s’agit d’une Naziha qui commence à se lasser de ses dix fourrures.

Voilà donc notre chère Madame Naziha embarquant sur le vol TU 714 à destination de Paris-Orly pour un séjour des plus prometteurs. Bien entendu, nous ne reviendrons pas sur les conditions dans lesquelles elle a obtenu le visa tant convoité pour la France. Faire la queue au consulat, donner des papiers justificatifs, attendre au milieu de la populasse, ce n’est pas pour elle. Payer quelqu’un pour lui ramener son passeport orné d’un Visa d’un an, ça c’est elle.
Une Naziha ne paye jamais un billet en première classe, mais bizarrement on retrouve toujours les Naziha en 1ère classe. Car une Naziha connaît toujours quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît le pilote, le Steward ou l’hôtesse et qui viendra indiscrètement la déplacer sous le regard frustré de la classe économique. De toute façon, en 1ère classe ou ailleurs, la nourriture sera toujours aussi infecte. Mais entre un saumon insipide et un poulet au goût de vomi, le saumon passera toujours mieux.
Qu’on se rassure, Madame Naziha fera très bon voyage. Mais une Naziha ne vous dira jamais qu’elle a fait « bon voyage ». Elle se plaindra toujours du type à coté d’elle, de l’hôtesse impolie ou des perturbations atmosphériques.

En foulant le territoire français, Madame Naziha change inéluctablement de statut. Elle n’est plus qu’une simple citoyenne tunisienne, contrainte de subir les contrôles douaniers et policiers. Adieu les ordres, les privilèges, le luxe, les voitures avec chauffeur, le personnel, les dîners dans les restaurants les plus chics, le soleil, les résidences secondaires. Bonjour le métro, la misère, les SDF, l’exiguïté, le froid que même la fourrure d’un troupeau de renards ne peut masquer.
C’est dans ces moments là que Madame Naziha prenait conscience de son influence dans son pays. A Tunis, elle pouvait tout acheter avec son argent, même les administrations. Ici, elle n’était qu’une vulgaire consommatrice dont le pouvoir d’achat avait diminué de moitié.

A peine arrivée, et dans une aliénation quasi bestiale, elle dévalise C&A et H&M. Pour ses amies, elle dira que c’est du D&G, à quelques lettres près.
Elle traque désespérément la moindre ristourne : -30% chez TATI, elle entre tout de suite. Les chaussettes et les culottes de grand-mère passent avec elle en caisse. C’est pas avec ça qu’elle reconquérra Si Lamine, mais ce qui n’est pas cher vaut forcément le coup.
Sa fièvre acheteuse pouvait exploser un thermomètre.
Elle se permettait tout ce que son rang lui interdisait de faire à Tunis car ici, personne ne la connaissait.
Dans les rues de Strasbourg St Denis, parmi les putains siliconées, maquillées comme des voitures volées et se tortillant dans le froid sibérien, elle entre dans chaque magasin, achète les faux bijoux, les sacs et les foulards de ces chinois qu’elle méprise. Dans la rue, elle évite le regard des noirs et autres minorités hostiles.

Madame Naziha achète, donc Madame Naziha vit.
Dans un victorieux « Veni Vidi Vici », elle se sentait renaître.


En attendant le métro, elle jette un œil sur les affiches : « Venise et l’Orient » à l’Institut du Monde Arabe, Exposition sur les peintres impressionnistes dans une galerie d’Art. Mais il y a mieux à faire à Paris. Le cinéma, le théâtre, l’opéra, les spectacles, les expositions, Madame Naziha vivait dans un monde parallèle à tout cela. Le tourisme culturel, elle n’en soupçonnait même pas l’existence.

Au retour, ses excédents de bagages la font même sourire, ils représentent la valeur ajoutée de son pèlerinage dans la capitale mondiale du textile. Elle est fière de tout ce tas de vêtements qui lui permettra de se redorer le blason. Madame Naziha était devenue une association à but non lucratif : elle avait dépensé les dons de son mari pour son émancipation sociale.

Avant de monter dans l’avion, Madame Naziha fait un passage obligé par le Free shop pour les chocolats, habitude tunisienne ringarde et obsolète, quelques bouteilles d’alcool pour les apéro’, des cigares et des cigarettes pour les amis.
Dans sa précipitation, notre Madame Naziha va évidemment oublier son sac à main et créer une alerte au bagage abandonné sans se soucier de rien. Malgré plusieurs appels dans tout l’aéroport, c’est en cherchant son briquet qu’elle s’apercevra de la perte de son sac et se précipitera hors de l’avion pour le récupérer.

Tant que des Naziha prendront l’avion, Tunisair affichera des retards.

Arrivée chez elle, Madame Naziha reprend sa place sur le trône. Paris c’est bien, mais juste pour frimer à Tunis.

39 commentaires:

Anonyme a dit…

orchea, t'étais pas à paris dernièrement toi ? ;-))

Mia a dit…

Lol du D&G pour son gabarit....ça passe comme mensonge? :p
Dernièrement je la rencontre tous les jours Naziha,tous les jours, et tu peux pas imaginer à quelle point ta description est pertinente ....

Anonyme a dit…

Orchea, c'est absolument fabuleux !!! Ta Mme Naziha est toute aussi magnifique qu'à son habitude.
Il y a quelques mois, Une Mme Naziha est monté avec moi dans l'avion destination: Paris. Seulement c'est une Mme Naziha up to date ou Naziha 3.0 si tu préfères, là ou le bistouri, le collagène et la l'eau oxygénée sont déjà passés! Mais quand même elles changent de corpulence, c'est toujours le même principe.

Ps: Moi j'achète toujours du chocolat quand je voyage.

ORchea a dit…

@gattuso: heu si si! :-) justement, mm qd je voyage je traque les naziha et je les observe.

@mia: elles son partoooout j te dis!! :-)

@marou: ey ma Naziha finira par se résoudre à y passer aussi!
moi aussi j'achète tjs du chocolat qd je voyage rahou! :-) seulement je trouve qu'amener du chocolat pr les amis après un voyage à Paris par ex c nul! Un bon fromage, ça c du cadeau!

Cornwell a dit…

Ah lala sacrée madame Naziha!!!!! toujours egale à meme. En tout cas on en trouve partout de ces madame Naziha en mal de sensation forte (ce qui revient pour elle à dénicher le dernier D & G en solde à Paris, opu le dernier Zara ca dépend du point de vue)
En tout cas elle est indetronable!! :-))))

Daydreamer2 a dit…

C'est trop bon tout ça!! Orchéa, ne t'arrête pas d'ecrire!!
PS: J'achète aussi du chocolat Duty Free pour mes tantes. La même boite pour toutes. C'est facile et ça ne fait pas de jalouses :-)

campala.907b.com a dit…

Faites un petit tour sur les champs ces jours ci, des Mme Naziha vous allez en croiser des tonnes en un quart d'heure, à en croire que les visas sont délivrés en priorité à ces bougres de ménagères ménopausées..

Avec leur manteaux marrons de fourrures flambants neufs, accompagnées de leurs filles de 17 ans maquillées à la banlieusarde et qui ont séché la dernière semaine du trimestre, elle prend des photos un peu partout et n'importe où..
ija ija 'Chahinèz' hedhaeya restaurant mouleh we7ed talyeni ma3rouf, ija netsawwrou 9oddemou, lè woh mè ta3tich lel ka7louch isawwarna !!! ahwka esserveur ta3 el 9ahwa 3ayyatlou 3ayyatlou...

Ensuite talla 3ala chatelet les halles : H&M, Zara, Morgan, Etam, Kookai et Infinitif pour mieux dépister la collection du printemps, et une bonne heure pour trouver la bouche de la quatrième ligne de métro pour attérir finalement à Barbes-Rochechouart, après tout avec seulement 2000€ de budget, il n'y a pas mieux que les boutiques Tati pour remplir les six valises encore plus vides que leurs âmes...


je vous épargne toujours la scène du freeshop: "comment ça il n'y a plus de bouteilles de JB de deux litres ??!"

Heliodore a dit…

Avec plaisir on retrouve notre Naziha Nationale :-)

el greco a dit…

depuis toujours l'orchidée était dans mes fleurs favorites..

Mais quand je t'ai connu au Biwa l'Orchidée perdit son caractère saprophyte pour une envolée buccolique et lyrique!

T'es merveilleuse dans ton style!
Bravo!

Anonyme a dit…

étudiante à paris, des madames Naziha, j'en vois partout!!!! surtout en période de solde.
Le pire c'est quand elles ont ce regard méprisant sur la population (les arabes, les noirs...)comme si elles, elles venaient d'un ailleurs assurément plus classe.
J'aime beaucoup ton blog :)

koikoi a dit…

je viens de découvrir ton blog par hasard et je n'ai lu qu'une partie et je trouve cela intéressant et je trouve que tu es trés observatrice
continue tes histoires de madame naziha
j'adorrrre!!

digital a dit…

Alors là... c'est magnifique... merci pour ce beau moment de lecture Orchidée... et pour Baygon je ferais le nécessaire... t'inquiète ;)

Sana a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Sana a dit…

J'adore ton style Orchea ;)

au plaisir!

Massir a dit…

Je suis la cousine de Naziha.
Tu trouveras mon histoire ici:

http://massir.blogs.psychologies.com/mon_massir/2006/12/ne_vous_fiez_ja.html
http://massir.blogs.psychologies.com/mon_massir/2006/12/prcision.html

Anonyme a dit…

Quel don pour trouver les mots justes et les images pour décrire les situations.
Surtout continues comme ça. ça me permet de rigoler et surmonter une journée pénible au travail.
Mouez

PS : Quel dommage que tu es raté l'arrivée de Mme Naziha à l'aéroport et le (non-)passage de la douane.

inouite a dit…

Ah bon ? Tu pratiques la censure toi aussi ?
Vous reclamez la liberté et vous ne l'appliquez pas dans vos affaires.
Bein sincerement alors Vive la censure officielle dans ce cas là.
Inouite

PS: tu peux effacer ce message aussi

ORchea a dit…

Voilà pq je parlais de simples d'esprits!! ton msg tu l'as pas posté ici...Pffffff

inouite a dit…

:) :) :)
j'ai la tete ailleurs et je ne sais plus sur quel pied dancer voilà l'explication...Merçi pour la redirection

Bamboutch & Bamboutcha a dit…

Et si tu te mets un jour dans la peau de Mme Naziha et tu nous racontes ta journée?? :))

Anonyme a dit…

J voudrais etendre un peu plus le phénomène aux chers 'moua6inin bel 5arej' Ces gens gardent encore les habitudes de l'âge de guerre. Certains ramènent encore des bananes!! C fou. Et le pire dans tout ça, c'est qu'en remettant leur cadeau de chez TATI et autre, vous lancent un regard fier et meprisant. C'est pas nous qui sommes restés enfermés depuis une vingtaine d'années dans un sale 10m² mais qui construisont des chateaux au bled (si on peut les qualifuer de chateux bien entendu).. just to show off. Je les salue tout de meme..!

inouite a dit…

Coucou Orchy,
C'est ma journée de BA's je mets de l'ordre orthographique chez mes clients et clientes, comme t'es de labour alors pour ta bonne gouverne on dit" Veni Vedi Vinci" et non "veni vidi Vici" Enfin comme tu veux de toutes façons au royaume des Aveugles.......Bonnes fetes et Nchallah labess....

ORchea a dit…

Alors je te corrige aussi, car ni toi ni moi n'avions la bonne orthographe:
c'est "VENI VIDI VINCI" j'avais juste oublié un N mais toi tu as mis un E à la place du I, je suis donc la plus proche! :-)

nazih a dit…

sahit kattous,

comme dab.;

Bisou :-)

inouite a dit…

C'est Visu ! :)

MALI a dit…

Orchéa vient d’orchis qui comme tout le monde le sait veut dire…testicule. C’est aussi l’origine des orchidées qui doivent leur nom à leur forme. Peut on dire alors qu’Orchéa est une couille ? Peut être car elle témoigne. Témoigne vient de testis qui lui aussi veut dire couille. Témoigner, testament, viennent aussi de cette racine oh combien bien plantée. Peut on dire qu’Orchéa est une double couille ? Sans aucun doute… elle les a bien plantées. Continues orchéa… j’adore les boules…chez les meufs. Bonne année. MALI

MALI a dit…

Je voudrai savoir si sur ce blog il y a une censure. J'ai publié un post que je ne retrouve plus. Si c'est le cas il est clair que je ne remettrai plus les pieds sur ce blog pourtant plébicité. Si oui (censure) alors cela devrait changer les résultats du vote et j'appelle tous les votants à boycotter ce blog. Merci de répondre. MALI

ORchea a dit…

mes couilles te saluent et te disent que ce n'est pas de la censure ms que g simplement enlevé les posts qui ne sont pas ds l'esprit du blog (note blanche et autres). Notre contrat c t que je publie ton txt et non qu'il y reste à jms. T'inquiète pas, je l'ai imprimé sur papier Q et je me fais un plaisir de me torcher avec tous les jr! :-)

MALI a dit…

Chère Orchéa,
Vous ne pouvez pas imaginer le plaisir que j’ai à savoir que mes écrits seront au contact avec votre périnée. Vous auriez pu vous les mettre ailleurs. Mais je reconnais là votre délicatesse, de me laisser pénétrer votre intimité alors que je ne l’ai pas demandé. C’est une preuve de confiance. Et je vous en remercie. Mais quand ce rouleau de PQ sera épuisé il vous faudra bien me redemander un autre post pour l’imprimer à nouveau. A moins que vous ne veuillez garder mon premier post et le réimprimer sur votre moelleux papier toilette. Sans aucun doute, vous avez une sensibilité périnéale rare à trouver. Cette sensibilité envoie votre blog vers des sommets de consécration. J’ai sûrement mal lu : ce blog était destiné à « regarder, observer, ressentir, analyser, retranscrire avec cynisme et dérision » dites vous.
Reprenons vos termes
- Regarder c’est : admirer, analyser, approcher, aviser, azimuter, béer, bigler, coller, compter, concerner, considérer, consulter, contempler, couver des yeux, dévisager, économiser, envisager, épier, éplucher, estimer, étudier, examiner, faire cas, fixer, guigner, inspecter, intéresser, inventorier, juger, lésiner, liarder, lorgner, mater, mégoter, mirer, observer, parcourir, penser, peser, piger, plaindre, prendre, présumer, rechasser, rechercher, reluquer, remarquer, réputer, ribouler, s'adresser, s'inquiéter, s'opposer, scruter, se préoccuper, se rapporter, se soucier, suivre, tenir compte, tenir pour, toiser, toucher, traiter, trouver, viser, visionner, voir, zieuter. Cela c’est regarder. Je ne suis pas certains que vous observiez tous ces verbes ?
- Observer dites vous : c’est accomplir, apercevoir, considérer, constater, contempler, découvrir, dévisager, dire, épier, espionner, être à l'affût, être aux aguets, être fidèle à, étudier, examiner, exécuter, expérimenter, explorer, faire, fixer, flairer, garder, guetter, marquer, noter, obéir, pratiquer, réfléchir, regarder, relever, reluquer, remarquer, remplir, rendre, respecter, s'acquitter, s'aviser, s'enquérir, s'en tenir, satisfaire, scruter, se conformer, se plier, se soumettre, signaler, spéculer, suivre, surveiller, tenir, toiser, voir.
- Ressentir, c’est avoir conscience, concevoir, connaître, discerner, endurer, éprouver, goûter, pleurer, sentir, souffrir, subir. Là aussi à revoir.
- Analyser c’est caractériser, chercher, comparer, considérer, critiquer, déchiffrer, décomposer,, discuter, disséquer, dissocier, distinguer, diviser, énumérer, éplucher, essayer, étudier, examiner, extraire, faire apparaître, inventorier, raisonner, rechercher, réduire, regarder, rendre compte, résoudre, résumer, scruter, séparer, sonder, vérifier. Vérifier…ce qui manque dans votre blog.
Bon j’arrête car sinon c’est de 3 rouleaux de PQ dont vous allez avoir besoin. Autant de dépenses. Gardez votre périnée propre. Bonne année. MALI

ORchea a dit…

oula! n'importe quoi!! aucun des synonymes que tu emploies n'est un synonyme!
Dis tout simplement que t'as rien compris à la phrase et je te l'explique.
le regard est ce qui vient avt l'observation. bcp de gens s'arrêtent au regard, moi j'observe. Ensuite, ressentir, càd que j'interprete ce que j'observe selon ma sensibilité et mon vécu, j'interprète.
J'analyse, cad que j'essaie de comprendre ce comportement, de l'expliquer.
Je retranscris avec cynisme et dérision, cad que je biaise et que j'exagère ce que g vu pour le rendre plus digérable.
Au plaisir de te réexpliquer d choses.

Ah deuxio, c pas avec mon perinée que t écrits sont en contact ms je t'éviterai cette vision d'horreur.

MALI a dit…

Merci orchidée,
Merci de me vouvoyer ? Car comme dirait Emna Benjemaa nous n’avons pas gardé les vaches du ministère de l’extérieur ensembles. Je vous rappelle que vous écrivez en français et que le vouvoiement est de mise sauf si je vous l’autorise. Cette barrière mise au point, je voulais simplement dire combien votre appréciation (papier cul) était offensante. Ce n’est pas digne d’un individu qui pense porter son blog au plus haut. Quoique que vous pensiez à mon propos, il vous faut commenter autrement que par des propos scatologiques. Mais je peux penser que votre vocabulaire soit limité. Evitez de dire « oula ce que vous dites c’est n’importe quoi ». Sauf si vous argumentez. Ce qui n’est pas le cas.
Je vous cite : « regard est ce qui vient avt l'observation. bcp de gens s'arrêtent au regard, moi j'observe. Ensuite, ressentir, càd que j'interprete ce que j'observe selon ma sensibilité et mon vécu, j'interprète. J'analyse, cad que j'essaie de comprendre ce comportement, de l'expliquer.
Je retranscris avec cynisme et dérision, cad que je biaise et que j'exagère ce que g vu pour le rendre plus digérable. »
Dans votre réponse je ne vois rien de ce que vous appelez regard dont je vous rappelle les synonymes ! une comparaison, mais vous ne me comparez à rien, peut être un coup d'oeil alors mais vers où, lucarne alors mais je ne vois pas cette fenêtre, oeil dit on ou bien oeillade mais je ne vois pas vos yeux bouger, ouverture alors mais vers quoi si ce n’est le papier cul dans votre dernier post, prunelle mais je ne connais pas vos jolis yeux, vision, vue, yeux etc.
Bref il vous faudra bien aménager votre regard pour qu’il soit poursuivi.
Vous voulez être interprète c'est-à-dire acteur ou artiste du papier cul sans doute vu vos réponses, peut être bilingue je n’en sais rien , peut être chanteuse, ou comédienne,ou commentatrice, ou bien exégète, intermédiaire, métaphraste, musicienne etc.,
Bon j’arrête car je déteste la polémique. Bonne soirée. MALI

sWalLoW116 a dit…

.. Cher Mali
Comparer Orchea à deux testicules .. puis s'offusquer quand elle par le papier cul .. il ne faut pas parler de vaches quand on fait des vacheries !!

Les femmes sont méchantes .. elles ne s'offusquent pas quand on les traitent de testicules .. elles vous passent dessus.
Alors elle chausse du combien ??


Solidarité masculine oblige : Mali ton intention est bonne mais anatomiquement prohibée !!

PS : tu pouvais parler de Naziha en ces termes (tunisiens), ça lui colle bcp mieux :D

MALI a dit…

Je crois que je me suis fais mal comprendre. Orchéa a été choisie pour la qualité de son blog…semble t il. Elle souhaite traiter les choses de la vie avec dérision. J’ai voulu par ce premier post être humoristique et dérisoire. Que sais je d’Orchéa ? Essentiellement son pseudo. Or les pseudo ne sont jamais pris au hasard. Ce n’est quand même pas suffisant pour que je traite swallow d’avaleur (euse ?) ou d’hirondelle. Je persiste : Orchidée vient du mot orchis qui veut dire testicule. Testicule n’est pas un « gros mot ». C’est un mot pour désigner une région anatomique tel que le nez la bouche, le bras etc. Par ailleurs dire qu’une fille est « couillue » est, dans ma culture, plutôt un compliment. Bon elle l’a mal pris. Ce n’est pas bien grave. Je m’abstiendrai la prochaine fois. Mais je ne pense pas que les femmes soient plus méchantes que les hommes et je n’ai pas bien compris ce que viens faire la taille de la chaussure dans ce débat. Mais cela vole certainement trop haut pour moi. Alors je me tais. Bonne journée. MALI
PS : Naziha est un personnage sympathique car représentatif de plus de la moitié des tunisiennes. Gageons que dans quelques années Orchéa et Naziha ne feront plus qu’un (qu’une).

sWalLoW116 a dit…

MALI a dit :
"PS : Naziha est un personnage sympathique car représentatif de plus de la moitié des tunisiennes. Gageons que dans quelques années Orchéa et Naziha ne feront plus qu’un (qu’une)."

ellotf 3liha :p :p

bon on passe : "."

@orchea : je n'arrive pas cerner la finalité de votre blog plutot des histoires de Mme Naziha..parfois je me dis que c'est pas bien de nourrir la "haine" (j'exagère un peu, je sais) des tunisiens de la classe "avec chauffeur" .. et parfois je me dis que cette nourriture est tellement bonne que tu dois surement être bonne cuisinière contrairement à elle !!
Des histoires croquantes et épicés et nos voisins avec chauffeur qui nous méprisent (à vérifier) ..
Enfin de compte, je pense que ta nourriture est bonne .. à consommer avec modération.

J'ai pensé à créer un blog autour du fils de Mme Naziha .. dans sa nouvelle bagnole tunninguée :p et avec sa nouvelle copine qui, elle, couche contrairement à la précédente .. mais je suis très paresseux .. ça va pas se faire.

à la prochaine.

ORchea a dit…

@swallow: je prévoyais aussi de parler de cette jeunesse qui se perd ms moi non plus je n'ai pas le tps. La finalité de mon blog? Rire de l'absurdité humaine sous toutes ses formes... pas ds le sens où je ve faire la morale, ms ds le sens du (triste) constat.

Omar a dit…

c'est admirable ce que t'ecrit, je ne vais pas te faire encore plus de compliments t'en a eu assez je pense :)
Mais sérieusement, tu dois penser à écrire un livre, je serai le premier à l'acheter et c'est pas des mots en l'air, tu as du potentiel, un énorme potentiel, et ce potentiel tu dois l'exploiter, dans la vie si on n'avance pas on recule, et il faut que tu aille au delà du blogging.
Pense y sérieusement.

sWalLoW116 a dit…

@orchea : oui vaut mieux en rire !
c'est ce que je disais, bonne cuisinière, même avec des ingrédients pourris t'arrives à nous faire faire passer ta nourriture :)

Anonyme a dit…

bravo.......ton style est limpide, drôle, simple....tu te la raconte pas....intelligente.......mais on est tous des naziha klke part.....allah ghaleb ya 1 gene chez les tunisiens

Anonyme a dit…

mais c ce qui fait notre charme et les naziha me manquent